pleur


pleur

pleur [ plɶr ] n. m.
pleurs XVIe; plurs 1120; de pleurer
1Plur., vieilli ou littér. Fait de pleurer ( larme); cris, plaintes dus à une vive douleur ( gémissement, lamentation). Répandre, verser des pleurs. pleurer. Fondre en pleurs : se mettre soudain à pleurer très fort. Arracher des pleurs. « Ses yeux étaient noyés de pleurs » (Musset). Pleurs convulsifs. sanglot. « Ses pleurs vite apaisés » (Hugo). Pleurs d'attendrissement, de joie. Allus. bibl. Il y aura des pleurs et des grincements de dents. Fam. Le bureau des pleurs.
♢ EN PLEURS. Elle était tout en pleurs. éploré.
2Sing. Vx « Ce pleur éternel » (Bossuet). Mod. Loc. Verser un pleur sur qqn, qqch. (iron.) . « la mère Sturel a versé un pleur en pensant à son cher fils » (Sartre).
3Fig. Écoulement de sève qui apparaît au printemps sur certaines plantes.

pleur nom masculin (de pleurer) Littéraire. Action de verser des larmes en gémissant. ● pleur (difficultés) nom masculin (de pleurer) Nombre et registre Le mot se rencontre surtout dans le registre soutenu et au pluriel : ses pleurs étaient sans doute sincères ; être en pleurs, tout en pleurs. Employé au singulier dans le registre courant, il a le plus souvent une valeur plaisante : il n'est vraiment pas sympathique, ses ennuis ne me feront pas verser un pleur.

⇒PLEUR, subst. masc.
A.Au sing.
1. [Avec une connotation iron. ou péj.] Action de pleurer, écoulement de larmes. Comme Adamas avait le pleur facile et s'attendrissait naïvement pour son propre compte, il fut écouté religieusement, même des fenêtres du salon (SAND, Beaux MM. Bois-Doré, t.1, 1857, p.292). Ses mains étaient inertes sur ses genoux, comme des bêtes sous-marines, et elle s'était mise à pleurer (elle n'avait pas le pleur difficile) (MONTHERL., Lépreuses, 1939, p.1460):
1. ... son beau visage aux joues brunes et sillonnées (...) sur lesquelles, amené là par le froid ou quelque triste pensée, était toujours en train de sécher un pleur involontaire.
PROUST, Swann, 1913, p.13.
[Dans un sens restrictif] Marque, signe d'une émotion de convention. La rentrée d'Émilien avec son bras amputé m'a re-ému et j'ai versé un pleur sur la dernière page, au portrait de la marquise de Franqueville, vieille (FLAUB., Corresp., 1872, p.453). Son journal était lu, entre autres lecteurs, par plus d'un million de prolétaires: il lui fallait donc, pour son patron, du libéralisme (...) du pittoresque sur les mercenaires, du sentiment sur les autres, un pleur ému sur les morts et les grands blessés (MALRAUX, Espoir, 1937, p.673).
2. P. anal.
a) [À propos de la sève des végétaux] Écoulement, suintement. Honorez plutôt la figue seconde, qui (...) s'enfle de rosée nocturne, et verte ou violette pleure, par son oeil, un seul pleur de gomme délicieuse (COLETTE, Gigi, 1944, p.224).
b) Bruit, son plaintif. Dans le mouvement symphonique, jamais le pleur des violoncelles n'est voilé par le cri des cuivres, l'onde sonore réunit le désespoir à l'espérance (FAURE, Hist. art, 1921, p.25). C'est, d'abord, un coup de vent aigu et un pleur de ce vent au fond du bois (GIONO, Regain, 1930, p.133).
B.Au plur.
1. Littér. Larmes. Il fallut passer la nuit en plein air, inondés de la pluie, les pieds dans l'eau; les cris, les pleurs des femmes et des enfans ajoutaient à l'horreur de cette situation (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p.1609). Il l'étreignit sans dire un seul mot, tout plein d'une frénésie sombre; puis ses pleurs, peu à peu, s'arrêtèrent (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p.314):
2. Elle détourna le visage, fit quelques pas et vint s'asseoir sur le canapé-lit; mais, obligée d'essuyer les pleurs qui roulaient maintenant sur ses joues, elle dit, sur un ton de reproche où elle pensa mettre un peu de gaieté: —«Ah, tu vois, tu me fais déjà pleurer... C'est bête...»
MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p.1349.
SYNT. Verser, répandre des pleurs; sécher des, ses pleurs; rentrer, retenir ses pleurs; arracher des pleurs à qqn; crise, scène de pleurs; éclater, fondre en pleurs; un torrent, un déluge de pleurs; les yeux, le visage noyé(s), mouillé(s), ruisselant(s) de pleurs; avoir des pleurs pleins les yeux; pleurs de joie, d'allégresse, de tendresse; des pleurs et des suffocations; des pleurs et des emportements; des pleurs et des attendrissements; des pleurs et des gémissements.
Loc., vieilli. En pleurs, tout en pleurs. En train de pleurer abondamment. Enfin, madame, votre vie n'est pas tenable dans ce moment; toujours malade, toujours en pleurs, maigre à faire pitié, ça me fait bien du chagrin de vous voir changer à vue d'oeil (CHAMPFL., Bourgeois Molinch., 1855, p.292). Le petit tourna la tête, et voyant sa mère en pleurs, hurla (MAUPASS., Contes et nouv., t.1, Hautot, 1889, p.265). L'enfant tout en pleurs rentre chez lui et va se plaindre à son grand-père (GREEN, Journal, 1938, p.160).
P. métaph. Une femme nue et debout, tord ses cheveux d'où dégouttent les derniers pleurs de l'eau salutaire et fécondante (BAUDEL., Salon, 1845, p.17). Sur les feuilles nouvelettes s'égrenaient les gouttelettes d'une petite pluie bénie, pleurs du printemps, qui se taisait quelques moments, puis reprenait tranquillement (ROLLAND, C. Breugnon, 1919, p.57).
2. Larmes accompagnées de plaintes et de cris, en partic., larmes, chagrin des enfants. Synon. criailleries (fam.), sanglots. Le père Jacques n'eut pas plutôt prononcé cette phrase de pitié et de protestation que les pleurs et les jérémiades des deux concierges recommencèrent (G. LEROUX, Myst. ch. jaune, 1907, p.56). Très loin, dans d'autres parties de l'appartement, on entendait des cris et des pleurs d'enfant (MALÈGUE, Augustin, t.2, 1933, p.414):
3. Les petits voulaient toujours être portés, ils n'en étaient jamais las; et quand Christophe ne pouvait plus, c'étaient des pleurs sans fin. Ils lui donnaient bien du mal, et il était souvent fort embarrassé d'eux.
ROLLAND, J.-Chr., Aube, 1904, p.32.
3. P. méton. Lamentation, apitoiement. Toute la magnificence des cérémonies ecclésiastiques fut déployée et se prolongea pendant plusieurs jours: les regrets et les pleurs du peuple y furent comme une pompe nouvelle et la plus belle de toutes (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p.188). Mais les jours de pleurs sont passés. Les jours de gloire sont revenus. Rien n'aura pu empêcher que, dans les dernières batailles aussi bien que dans les premières, la France fût debout, les armes à la main (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p.491).
Bureau des pleurs (fam.). Service et, p.méton., personne à qui on vient se plaindre. On ne va pourtant pas me mettre en sentinelle tout seul?... Je n'y vois presque pas, surtout la nuit, un oeil comme perdu... —Assez Bouffioux, interrompit Ricordeau, le bureau des pleurs est fermé (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p.278).
♦[P. réf. à la Bible] (Des) pleurs et (des) grincements de dents (v. grincement B). Loc. Sans pleurs ni grincements de dents (v. grincement B).
Le mur des pleurs. Le mur des lamentations. Et avant que la première étoile paraisse dans le ciel je veux aller voir les juifs se lamenter au mur des pleurs (THARAUD, An prochain, 1924, p.33).
4. P. anal.
a) Écoulement d'un liquide. Elle brandissait de son mieux un grand candélabre à six branches, toutes bougies allumées, qui la baignait d'une tremblotante lumière, et répandait des pleurs de cire sur le plancher (GIDE, Isabelle, 1911, p.655).
En partic. Écoulement de sève de certains végétaux au printemps, à la suite de la taille ou d'une blessure. Dans les régions atlantiques, lorsque les hivers sont exceptionnellement doux, les pleurs qui traduisent justement cette activité du système radiculaire peuvent être constatés pendant une importante partie de la saison froide (LEVADOUX, Vigne, 1961, p.15). V. aussi supra A 2 a.
b) Bruit, son plaintif. Des guirlandes de lierre et la joie des discours Célèbrèrent sans fin le charme des amours... Cependant que montaient, de la crèche voisine, Les plaintes des agneaux ou les pleurs des clarines (JAMMES, Géorgiques, Chant 3, 1911, p.30). C'était la nuit du vendredi-saint, durant toute la nuit on entendit les pleurs et les gémissements de cet orgue maudit et ses longs sons flûtés et détraqués (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.154).
Rem. On rencontre qqf. la forme fém. plur. De l'escalier menant à l'étage supérieur descendait quelquefois, avec le grincement de pleurs rageuses, le glapissement d'une vieille (E. DE GONCOURT, Élisa, 1877, p.113).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694-1878, au plur.; 1935, au sing. Étymol. et Hist.1. Ca 1120 plur. plurs «larmes» et «lamentations, plaintes» (St Brendan, éd. I. Short et B. Merrilees, 609, 1168), en a. fr. souvent au sing. avec valeur de coll. (v. T.-L.); 2. 1701 «sève qui s'écoule des arbres fruitiers lors de la taille ou de plaies accidentelles» (LIGER, OEconomie gén. de la campagne, t.2, p.206). Déverbal de pleurer. Fréq. abs. littér.:2700. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 7345, b) 4453; XXes.: a) 2664, b) 1225.

pleur [plœʀ] n. m.
ÉTYM. XIIIe; plors, 1160; déverbal de 1. pleurer.
1 Au plur. (Vieilli ou littér.). Larmes versées en pleurant; le fait de pleurer; cris, plaintes qui accompagnent l'épanchement des larmes dans l'expression d'une vive douleur. Cri, gémissement, lamentation, plainte. REM. On a donné parfois à pleur le genre féminin d'après douleur, fleur, etc. et par attraction du genre de larme (cf. Dauzat, Études de linguistique franç., p. 42; Brunot, H. L. F., t. VI., 2., p. 1572). || Laisser couler des pleurs (→ Balancer, cit. 8; commande, cit. 6); répandre, verser des pleurs. Pleurer (→ Arriver, cit. 26; chair, cit. 53; cher, cit. 22; cri, cit. 1). || Faire couler des pleurs : faire pleurer (→ Arrêter, cit. 10). || Arracher (cit. 23) des pleurs (à qqn). || Baigné (cit. 12 et 13) de pleurs. || Des yeux noyés (→ Éveiller, cit. 19), humides (cit. 11) de pleurs. Embué. || Inonder son visage de pleurs (→ Étage, cit. 4). || Je mouillai (cit. 1) de pleurs la main de mon amie. || Pleurs convulsifs. Sanglot. || Être suffoqué par les pleurs. || Apaiser, essuyer (cit. 5), sécher ses pleurs. || Essuyer les pleurs de qqn, le consoler. || Retenir ses pleurs. || Les premiers pleurs des enfants (→ Ordre, cit. 47).(En parlant d'un animal). || « Les pleurs de la biche aux abois » (cit. 2, Vigny).Par ext. || Les pleurs de la joie, de la douleur, de l'admiration (→ Émotion, cit. 12).Pleurs d'attendrissement, de joie. || « Joie, joie, joie, pleurs de joie » (cit. 13.1, Pascal). — ☑ Allus. bibl. « Il y aura des pleurs et des grincements de dents » (cit. 10).
1 Le comique, ennemi des soupirs et des pleurs.
Boileau, l'Art poétique, III.
2 Le triste Agamemnon, qui n'ose l'avouer,
Pour détourner ses yeux des meurtres qu'il présage,
Ou pour cacher ses pleurs, s'est voilé le visage.
Racine, Iphigénie, V, 5.
3 Comme le premier état de l'homme est la misère et la faiblesse, ses premières voix sont la plainte et les pleurs.
Rousseau, Émile, I.
4 Les pleurs qu'il retenait coulèrent un moment (…)
A. de Vigny, le Livre moderne, « La prison ».
5 Le moment où le petit enfant prend conscience du pouvoir de ses pleurs n'est pas différent de celui où il en fait un moyen de pression et de gouvernement.
Valéry, Autres rhumbs, p. 184.
En pleurs. || Être en pleurs (→ Apporter, cit. 21), tout en pleurs. Éploré (→ Mélodramatique, cit.; miséricorde, cit. 6). — ☑ Fondre (cit. 11) en pleurs.Avoir les yeux en pleurs (→ Creux, cit. 19).
Au sing. Vx. (Dans la langue poét.). → Égoutter, cit. 3, P.-J. Toulet. — (Dans le style très soutenu). || « Ce pleur éternel » (Bossuet, Oraison funèbre de Anne de Gonzague).Mod. (Avec une intention iron.). || Répandre, verser un pleur.
6 À déjeuner, on a parlé de la guerre et la mère Sturel a versé un pleur en pensant à son cher fils (…)
Sartre, la Mort dans l'âme, p. 58.
2 Par anal. Écoulement de sève qui apparaît au printemps sur certaines plantes, la vigne notamment, et qui résulte soit de la taille, soit d'une blessure accidentelle (→ Larme, 3.).
Par métaphore (vieilli et poét.). || Les pleurs de l'aube (1. Aube, cit. 1), de l'aurore. Rosée (→ Baigner, cit. 14).
7 Toi qui sèches les pleurs des moindres graminées (…)
Edmond Rostand, Chantecler, I, 2.
DÉR. Pleureux.
HOM. Pleure, formes du v. 1. pleurer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pleur — (pleur) s. m. 1°   Au singulier. Écoulement de larmes, le sens propre du latin plorare étant verser abondamment des larmes. •   Le pleur m en vient aux yeux, JODELLE Didon, v.. •   Princes et rois et la tourbe menue Jetaient maint pleur,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • pleur- — ⇒PLEUR(O) , (PLEUR , PLEURO )élém. formant I. Élém. tiré du gr. «côté», entrant dans la constr. de termes sav. A. [Le 2e élém. est un élém. formant désignant un élément anatomique ou biol. se situant sur le côté, le flanc d un être ou d un… …   Encyclopédie Universelle

  • pleur — Pleur, Fletus, huius fletus, Ploratus. Esmouvoir à pleur, Ad fletum adducere, Fletum mouere, Lachrymas elicere. Se donner à pleur, Dedere se lachrymis …   Thresor de la langue françoyse

  • pleur... — pleur..., Pleur... vgl. ↑pleuro..., Pleuro …   Das große Fremdwörterbuch

  • pleur — pleur·ap·o·phys·i·al; pleur·apoph·y·sis; …   English syllables

  • pleur — v. pleuro . Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DN …   Dicționar Român

  • pleur- — v. pleuro …   Enciclopedia Italiana

  • pleur — nm. ; au pl. en sav., sanglot : lârma <larme> nf. (Albanais.001), lâmra (Arvillard.228). A1) gros pleur d enfant : rélâ <bêlement> nf. (Saxel) ; râlyà nf. (001) || râlyo nm. (001). E. : Cri. A2) pleur, sanglot : pl(y)euro nm.… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • PLEUR — n. m. écoulement de larmes. Il est peu usité au singulier et ne s’emploie plus guère que par plaisanterie. Verser un pleur. Au pluriel, il signifie Larmes. Verser des pleurs. Répandre des pleurs. Avoir le visage tout mouillé, tout trempé de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Pleur — Petite fille en pleurs Le pleur est un état manifesté par des larmes chez les humains en tant que réponse émotionnelle. L acte de pleurer se manifeste suite à de différents facteurs environnementaux entourant et affectant l état psychologique d… …   Wikipédia en Français